izmir çocuk escort çocuk escort antalya istanbul escort çocuk çocuk escort izmir orospu izmir cocuk escort bayan orospu izmir escort orospu bayan antalya istanbul cocuk escort cocuk escortlar izmir ankara size dar gelir ankara cocuk escort cocuk bayan ankara ankara cocuk escort ankara travesti escort cocuk ankara cocuk escort ankara ankara cocuk escort ankara escort escort ankara ankara eskort eskort ankara ankara eskort bayan ankara escort bayan escort bayan ankara ankara escort bayanlar ankara çocuk escort ankara escort escort ankara ankara escort bayan bayan ankara escort escort bayan ankara ankara escort bayanlar ankara çocuk escort ankara escort escort ankara cocuk pornosu

Archives pour "Médias DD"

SENCHART english version

Activités, Activités et sociétés, Arts, Cultures, Internet DD, Médias DD, Opinion, Pédagogie DD, Savoir-faire DD, Société, TIC mar 10, 2014 No Comments

SENSHART (or SENCHART)

Foreword

Origin of the project :

Researches for a more coherent development : a citizen’s need for paradigm shift : Since 2005 Association Bernica (AB) is a tool, defined intercontributively, to work directly together;  to work, in direct collaboration, between us, the citizens; the individuals, individually or as groups, associative, institutional or private, equitably, out of hierarchizing process. AB’s aim is to be coherently and pertinently researching for the conditions that allow a conscious change of paradigm: a democratic network aiming to define and concretize sustainable development, elaborating methodological, media and logistical tools, to enable, in continuous improvement, larger federation, better definition of particular and collective goals, and optimization of collective heritage.

Those researches have led to conceptualize a panel of complementary solutions which we now wish to implement.

Unity makes strength :

Today a number of individuals and structures are working separately, even though part of their goals are common, and many practical solutions exist but stay unknown or unused despite they are reachable due to the revolution in communication means.
BA proposes collaborative tools to make everyone’s undertakings easier and optimize development efforts, simultaneously guaranteeing participants their unique identity and autonomy.
Those cooperations have multiple benefits, such as:
- An optimization of the means to define objectives and potentialities.
- A methodology of exchanges and inter-participation in the development of collective goals, and the sharing of knowledge and skills.
- Organization of communication methods aimed at an international acknowledgement of stakes of general interest, as well as of the attractive features of structures, and of their cooperation value.

Practically, cooperations develop following three parallel undertakings :
1/ Referencing the network of wills, competences and logistics ; our potentialities.
2/ Researching possibilities of collaboration (underlining common interests and tools of expertise sharing)
3/ Developing methodological, media-centered and structural tools (setting protocols, programs, time schedules, and achievement platforms).

Among those networks-tools, Senshart cooperation aims at developing artistic and cultural heritage.

Its objective is to optimize creative potential :

Artists and works, educational structures, knowledge and skills, working and communicating competence, and the acknowledgement of the stakes of general interest related to arts and culture.  Its uninterrupted development and the progressive integration of new fields of action must also bring creativity into the methods for conceptualizing and communicating sustainable development, thus improving the definition and clarity of its stakes, for a paradigm shift: an inspired and humanist evolution of our “development” methods, our social, collective, political organization.

PHILOSOPHY and purpose of the Senshart project :

To conscientize* the nature of human features (anthropologically defined as adaptive genius, notably through act of artistic and spiritual researches), and of our time (unprecedented and radically exceptional in our history, of the forth revolution of information, of the global hyper hierachisation and disruption, the destruction of common good and sense, as of the sudden universal potential access to the tools, know-how, and necessity, to consciously define our needs and potentialities, and the next noetic paradigm) :

* To conscientize means to acknowledge into consciousness, into the meta-paradigmatic stage, into the state of being, where we are, anthropologically the most fully ourselves : Human beings, freely defining reality . To precise why to speak about conscientization and conscientogenic contexts and methodologies, instead of acknolegement and rationalization, let’s quote our main human patrymony in this feald of research, or « how to discriminate the spectator from the spectacle », from the Vedic statement :

The form is perceived and the eye is its perceiver. Eye is perceived and the mind is its perceiver. The mind with its modifications is perceived and the Witness (the Self) is verily the perceiver. But the Witness is not perceived (by any other).

DRG-DRSAVIVEKA; An inquiry into the Nature o the « Seer » and the « Seen »; Vedic text in English translation by Swami Nikhilananda; Sri Ramakrishna Asrama; Mysore 1931)

Believing in the humanism of human beings who are heirs and part of cosmos and of life… in their capacity for adaptation, their unlimited creativity… in spite of a misleading context due to the extreme capitalization of powers that implies over-mediatization of vacuity, avidity, cynicism and competitive spirit.  This situation is a natural consequence of the early times of information revolution, of a monopolization of the means to define reality, of manipulation and  collective organization.
Stakes : Start from what exists so as to continuously improve local and global situation:

Conscientize current state, potentialities, issues and paradoxes of our times, and of the globalization of a societal model that is internationally judged unsustainable. Get to know citizens’ needs and means, as well as those of sustainable development on institutional and international grounds: logistics available for a paradigm shift, for an evolution of the reference frame; paths to conscientize reality, to define general interest, and to develop common good. Define priorities, protocols (methodology) and programs, to be adequate, coherent and ethical (that is, equitable, transparent, comprehensive… democratic).

Goals : Learn the methods and tools necessary to work together, define common interests, and collectively develop adequate solutions.

Proposition: Organization of inter contributive groups to:

- Optimize the definition of wills and potentialities
- Develop federative tools
- Communicate and popularize methodologies to define general interest
- Experiment possibilities of more sustainable, human and ecological development, to realize federative goals.

Senshart WEB offer :

Senshart works as a mulitimedia encyclopedia designed to develop artistic and cultural potential: a proactive Wikipedia to reference knowledge and actors, define needs collectively, and develop the network potential, on methodological, communicative and structural grounds (setting collaborative methods, communication and promotion tools, and work spaces).
All participants, whether being an independent actor or a structure (such as an artisan, an independent artist, a network of artists, a university, a museum, an association, an ONG, a working group, a gallery or a shop,…) will have available a dedicated space, independent and autonomous, where their other existing sites will also be referenced. They will have the possibility to obtain and exchange information and services based on their own interests, and to contribute to the elaboration of collective projects.

Thus the first step is to develop independent and compatible Internet sites, that each one will be able to manage easily. Thereafter, those sites will be simply shared through Senshart interface, based on common data indexation.
This networking will lead to further expand the fields of action and the potential to integrate new networks and sectors. It will promote international links, develop complementary potential, and result in defining in more details collective heritage and general interest.

This dynamic will lead to put together the problematics of globalization and of sustainable development, that are par excellence stakes of general interest needing federation and creativity. It will guarantee large visibility of the first network participants’ stakes and needs, and will enable them to bring their creativity and alternative communication capacities into collective stakes.
In addition to communication capacities as those of the cooperative site, Senshart has the objective of developing geographical spaces (see BAL) appropriate to artistic development, artists welcome, interplay, and promotion of skills and works.

Senshart : a cooperative devoted to define, develop and optimize, our artistic, spiritual and cultural potential: our most reasonable reason of being.

Senshart’ purpose is to create link between the actors of artistic and cultural development, promote actors, artistic and traditional skills, and logistic capacities necessary to their development.

Complementary goals :

  • Promotion :

- of skills (traditional and new)
- of works
- of individual and collective projects (favor partnerships)
- of spaces for creation, learning, exhibition,
- and of transformation, meetings, information…
- of suppliers (material, tools, repairs,…)

  • Networking :

- of artists, craftspersons and actors of cultural development
- of suppliers and transformers (transport, communication and administration)
- with mediatic networks and general public

  • Development :

- of logistic and technical capacities, mediatic and creative tools,
- of artistic, hand-crafted, cultural and sustainable skills: organization of 3D Structures (ex: Ecrin project of artistic residence in Terelj)
- of innovation quality: Labelling: RCE methodology and handling of HSEQ ISCS (Cooperative Society of Collective Interest, with High Social and Environmental Quality)
- of relational and productive ethics, of solidarity-based economy and of sustainable development: partnership with 3D Media.

The website development :

Senshart must become an independent website and propose a tool to promote traditional and novel skills, works, material, spaces and other logistic means locally and globally available (ex: sources of funding, offers). Senshart will also offer an area of discussion between various audiences, via a platform for exchanges, forums and collective actions.
It will be easy to carry out researches by general or specific topics (names/dates/places…). This interface will enable one to create new artistic categories, to contact expertises, create links between them, get informed about events, material, available works, as about functioning (where? – when? – how many? – how?) and the available public logistics and offers (for what? – for whom?), places, dates, current projects or expressed wills…

Possibility for each one to multiply and cross categories (for example and without rating: music/jazz/events/painting/sculpture/literature/guitarists/suppliers/promotion/repairers…)
Sharing techniques: exchange (of services, materials and virtual money)

Referencement forms :
Main entries: (Artists/Techniques/Activities/Places/Material/Logistics/Projects)
The same information will be indexed to different topics and thus made available via various entries. This approach will favor information promotion and connection, among others means on the basis of efficient categorization by web search engines such as Google.
For example, entering “Mongolia” in the web search engine of the homepage will give access to:
- a specific web search engine
- one or several interactive maps
- library checklists
- traditional and modern skills
- spaces: raw material supply/ tool trade/ crafts workshops/ arts workshops/ exhibition and event places/ public and private learning structures…
- projects by topics
- referenced works (by topics, dates and disponibilities)
- artists (by localization, goals, expertise, affiliations…)

BENEFITS :

- Development of a large inter-sectorial network: arts – culture – heritage and sustainable development (education, agronomics, energy, NICT…)
- Participants autonomy: adequate tutorials, specific sites in a continuously growing network, dynamic of mutual assistance…
- Access to practical information: offers, model information letters…
- Management of methods to share expertise
- Setting of collective work platforms (automatic links as a function of interests, development of common interest projects)
- Popularization of the definition of general interest (methodology to define particular interests and public heritage – see method P6)
- Development of communication capacities, international link, participants acknowledgment, by institutions, sponsors and general public
- Promotion of alternative and altruistic information, and of monopoly-free researches in all development domains…
- Creation of an inter-citizen HSEQ label (High Social and Environmental Quality)
- Development of inter-sectorial cooperative dynamics: see 3D ISCS (media, education, tourism, import-export, arts, sciences…)

Complementarity of competence fields :

Education, learning and inter-understanding are essential to development evolution and to the exchanges and cooperations it involves. This is why international 3DSchool is an inescapable complementary tool: Senshart, 3DMedia, 3DSchool and other HSEQ cooperatives work in synergy. Those cooperatives are the fulfilment tools of 3D Network researches.

global benefits of this synergy : This cooperation will favor :
- Inter-understanding of the different activity sectors, toward better definition and greater awareness of the stakes of sustainable development.
- Optimizing the network competence and the efficacy of realization of the particular and general goals.
- Social solidarization through development of methodologies to federate and share needs and tasks.

Translation and education : a strength to communicate, federate and develop :
As they are of general interest and constitute collective heritage, the documents to be translated offer perfect work supports to activities of linguistic teaching. For example, for Unesco as well as fine-arts, connecting together inter-university cooperation and private institutes (3DSchool) is directly profitable. This dynamic of expertise sharing will of course expand to the whole body of general interest needs met by 3D Network, such as those concerning the development of web or accounting capacities… The inter-structural and global vote for choosing priority needs will lead to define associative and institutional goals, and the whole body of “general interest”, that is of “development”.

The network development involves and makes possible larger information propagation. In addition, 3DMedia cooperative, RCE methodologies and P6 favor relevance, quality and democratic rating of the information conveyed.
This development of communication capacities will lead to great acknowledgment, and optimization of citizen, institutional and private involvement, on logistic as well as administrative, legal and financial grounds.

Artists (or Structures) forms (all informations are facultative) :

- Name :

- Contacts (Tel/Address/Mail/fb/Website) :

- Techniques :

- Realizations (books/photos/videos/audio)
- Activities :
- Projects :
- Philosophy (ethics) and methods :

Places forms:
- Workshops
- Course:
- Galleries :
- Museums :
- Exhibitions :
- Events :
- Conferences :
- Storage :

Other main topics developed by Senshart :
- Traditional techniques :
- Contemporary arts :
- Material :
- Logistics :
- Projects :
- Art history :

***

SENSHART : fédération art culture et DD

Activités, Arts, Cultures, Développement Durable, Internet DD, Médias DD, Opinion, Société, TIC mar 10, 2014 No Comments

SENCHART

Préambule :

Origine du projet : Recherches pour un développement plus cohérent : un besoin de créativité citoyenne pour un changement de paradigme

L’association Bernica (AB) travaille depuis 2005 en collaboration avec les réseaux citoyens, associatifs et institutionnels du développement durable, afin d’élaborer des outils méthodologiques et médiatiques, ayant pour objectifs de permettre une plus vaste fédération, une meilleure définition des objectifs particuliers et collectifs, et une optimisation du développement du patrimoine collectif.

Ces recherches ont abouti à la conceptualisation d’un panel de solutions complémentaires, que nous souhaitons aujourd’hui implémenter en Mongolie. Ce pays connait en effet le plus fort taux de croissance au monde, et les enjeux humains et environnementaux y sont inédits. Il apparait ainsi essentiel de prendre en compte les défis locaux de la mondialisation, et les moyens les plus appropriés pour un développement cohérent.

L’union fait la force : de nombreuses personnes et structures travaillent aujourd’hui séparément, alors qu’une part de leurs objectifs sont communs, que de nombreuses solutions pratiques existent qui restent inconnues ou inexploitées, et que la révolution des moyens de communication les rend pourtant accessibles.

L’AB propose des outils collaboratifs, pour simplifier les démarches de chacun et optimiser les efforts de développement, tout en garantissant l’identité et l’autonomie des participants.
Ces coopérations offrent de nombreux avantages :
- Une optimisation des moyens de définition des objectifs, et des potentialités propres
- Une méthodologie d’échange, d’inter-participation au développement des objectifs collectifs et une mutualisation des connaissances et des compétences.
- L’aménagement des communications pour une reconnaissance internationale des enjeux d’intérêt général et des atouts des structures et de leur coopération.

Pratiquement, elles se développent en trois actions parallèles :
1/ Référencement du réseau d’acteurs du développement (artistique, philosophique, culturel, scientifique)
2/ Recherche des possibilités de collaborations (mise en évidence des intérêts communs et d’outils d’échanges de compétences)
3/ Développement des outils méthodologiques, médiatiques et structurels (mise en place de protocoles, de programmes, d’agendas, et de plates-formes de concrétisations).

Parmi ces outils-réseaux, la coopération Senchart est orientée vers le développement du patrimoine artistique et culturel. Elle a pour objectif de promouvoir le potentiel créatif: les artistes et les oeuvres, les structures pédagogiques, les connaissances et les savoir-faire, les capacités de travail (l’accès aux espaces propices, aux matériaux et aux outils), d’exposition et de communication, ainsi que la reconnaissance des enjeux d’intérêt général liés à l’art et à la culture. Son développement continu et l’intégration progressive de nouveaux champs d’activités doit également permettre d’apporter de la créativité dans les méthodes de conceptualisation et de communication du développement durable, et de favoriser ainsi une meilleure définition et perceptibilité de ses enjeux, pour un changement de paradigme: une évolution inspirée et humaniste de nos méthodes de « développement ».

PHILOSOPHIE Le projet Senchart: Conscientiser la nature de l’Homme et de l’époque :

Croire en humanisme de l’Homme, héritier et part du cosmos et de la vie… en ses capacités d’adaptation, en son infinie créativité… en dépit d’un contexte actuellement trompeur, dû a une extrême capitalisation des pouvoirs, impliquant la sur-médiatisation de la vacuité, de l’avidité, du cynisme et de l’esprit de compétitivité. Cette situation est une conséquence naturelle des premiers temps de la révolution de l’Information, d’une monopolisation de l’emploi des moyens de définition du réel, soit de manipulation comme d’organisation collective.

Enjeux : Partir de l’existant, vers une amélioration continue de la situation locale et globale:
Être conscient de la situation actuelle: des potentialités, des problématiques et des paradoxes de notre époque, et de la mondialisation d’un modèle sociétal internationalement reconnu comme étant non durable. Connaitre les besoins et moyens citoyens, ainsi que ceux institutionnels et internationaux du DD : Les logistiques à la disposition du changement de paradigme, pour une évolution du référentiel: des voies de conscientisation de la réalité, de définition de l’intérêt général et de développement du bien commun. Définir les priorités, les protocoles (méthodologies) et les programmes adéquats, cohérents et éthiques (équitables, transparents, inclusifs … démocratiques).

Objectif : Apprendre les méthodes et les outils pour travailler ensemble : trouver les intérêts communs et développer collectivement les solutions appropriées.

Proposition : Organisation d’ateliers pour :
- l’optimisation de la définition (du référencement) des volontés et des potentialités
- le développement des outils fédératifs
- la communication et la démocratisation des méthodologies de définition de l’intérêt général
- et l’expérimentation des possibilités de développement plus durable, humain et écologique, vers la concrétisation des objectifs fédérateurs.

La proposition web de Senchart :

Senchart fonctionne comme une encyclopédie multimédia du développement du potentiel artistique et culturel : Un wikipédia proactif, chargé de référencer les connaissances et les acteurs, mais aussi de supporter la définition collective des besoins et le développement des potentialités du réseau, sur les plans méthodologique, communicationnel et structurel (l’aménagement des méthodes collaboratives, les outils de communication et de promotion, et les espaces de travail).

Chaque participant, qu’il s’agisse d’un acteur indépendant ou d’une structure (tel un artisan, un artiste indépendant, ou un réseau d’artiste, une université, un musée, une association, une ONG, un atelier, une galerie ou un magasin…), aura la possibilité d’y avoir un espace propre, indépendant et autonome, ainsi que d’y voir référencés ses autres sites existants. Il pourra ensuite être informé en fonction de ses centres d’intérêt, échanger des informations et des services, et participer à l’élaboration de projets collectifs.

La première étape est donc le développement de sites Internet indépendants et inter-compatibles, que chacun pourra gérer facilement, et qu’il sera ensuite aisé de mutualiser à travers l’interface Senchart, par une indexation commune des données.

Cette mise en réseau permettra d’élargir encore les champs d’actions et les potentialités, et d’intégrer d’autres réseaux et d’autres secteurs d’activités au premier réseau. Elle favorisera la création de liens internationaux, et permettra le développement de potentialités complémentaires, et une définition plus approfondie du patrimoine collectif et de l’intérêt général.

Cette dynamique permettra l’intégration des problématiques de la mondialisation et du développement durable, enjeux d’intérêt général par excellence, qui nécessitent fédération et créativité. Elle assurera une vaste visibilité des atouts et des besoins des participants du réseau originel et leur permettra d’insuffler leur créativité et leurs capacités de communication alternatives aux enjeux collectifs.

En plus des capacités de communication, comme celle du site coopératif, Senchart a aussi pour objectif de développer des espaces géographiques (voir les ABL) permettant le développement des capacités de productions artistiques, l’accueil des artistes, les échanges, et la promotion des savoir-faire et des réalisations.

LES AVANTAGES :

- Le développement d’un vaste réseau inter-sectoriel : art – culture – patrimoine et développement durable (pédagogie, économie, agronomie, énergie, NTIC…)
- L’autonomie des participants : tutoriels adaptés, sites spécifiques dans un réseau en croissance permanente, dynamique d’entraide…
- L’accès aux informations pratiques : appels d’offres, lettres d’information sur mesure…
- L’aménagement de méthodes d’échanges de compétences
- La mise en place de plates-formes de travail collectif (mise en lien automatique par centre d’intérêt, développement de projets d’intérêt commun)
- La démocratisation de la définition de l’intérêt général (méthodologie de définition des intérêts particuliers et du développement du patrimoine public – voir la méthode P6)
- Le développement des capacités de communication, du lien international, de la reconnaissance des participants, par les institutions, les sponsors et le grand public
- La promotion des informations alternatives et désintéressées, des recherches indépendantes des monopoles dans l’ensemble des domaines du développement …
- La création d’un label inter-citoyen HQES (Haute Qualité Sociale et Environnementale)
- Le développement de dynamiques coopératives intersectorielles : voir les SCIS 3D (média, pédagogie, tourisme, import-export, art, sciences…)

Présentation de la dynamique 3D:

1/ Objectifs : Une méthode d’optimisation : de ce qu’on veut et ce qu’on peut faire, comment prendre conscience du potentiel exploitable et s’associer avec d’autres moyens ?

- optimisation de la définition des objectifs particuliers et structurels et des capacités de fédération: de l’emploi des ressources naturelles, humaines, logistiques et financières.

2/ Les outils méthodologiques : Le protocole RCE et la logique P6 :

La logique P6 permet le référencement, la structuration et la mutualisation des :
Potentialités / Problématiques / Paradoxes / Priorités / Protocoles / Programmes/
Constats (contexte)/ Projets (concepts)

Le Protocole RCE est une méthodologie de Recherche, de Communication et d’Expérimentation des moyens de démocratisation continue du développement durable. Il s’articule en un cycle de trois phases :
- Référencement des potentialités (P6) / Recherche transversale / Rationalisation collective
- Consultation citoyenne / Compte rendu / Contextualisation (vulgarisations ciblées)
- Étude expérimentale des procédés éthiques / Évaluation transversale / Évolution

(Dans un premier temps ces méthodes peuvent être allégées)

3/ Les outils structurels :

Réseau 3D:
- potentialités (les moyens réels)
- problématiques (les difficultés, challenges)
- paradoxes (les potentialités inexploitées: problématiques obsolètes)
- priorités (l’éthique)
- protocoles (les méthodes)
- programmes (l’agenda)

Média 3D:
- 3Dprod : Une coopérative citoyenne, vers un 4ème pouvoir cohérent, par le média citoyen…
- Site Internet : Le référencement des informations d’intérêt public, les méthodes de vote pour une définition réellement démocratique de l’intérêt général, et la coordination citoyenne des RCE du DDD, de la gouvernance, ou de la gouvernatique.

- Voir les projets complémentaires (tel le Théâtre lumière et le Mur philosophal) pour l’art de la démocratisation de la gestion de l’expression et de l’espace collectif.

Structures 3D:
L’ABI (Outil administratif du Réseau 3D de lien inter-citoyens-du-monde)

Les ABL (Lieux de concrétisation des RCE des outils 3D)
(ex: Ecrin, projet pilote Mongolie, dont l’objectif 1er est le développement d’autres ABL)

Les SCIC HQSE (Coopératives d’économie solidaire et de développement durable – Voir Label /franchise HQES)
(ex: Senchart (coopérative internationale d’optimisation du potentiel artistique et culturel)

Senchart : une coopérative à vocation de développement du potentiel artistique et culturel:

L’objet de Senchart est de créer du lien entre les acteurs du développement artistique et culturel, de promouvoir les acteurs, les savoir-faire artistiques et traditionnels, et les capacités logistiques nécessaires à leur développement.

Les objectifs complémentaires :

La promotion :
- des savoir-faire (traditionnels et innovants)
- des oeuvres
- des projets individuels et collectifs (favoriser les partenariats)
- des lieux de création, d’apprentissage, et d’exposition,
- ainsi que de transformation, de réunion et d’information…
- des fournisseurs (matériaux, outillage, et réparation…)
La mise en réseau :
- des artistes, des artisans et des acteurs du développement culturel
- des fournisseurs et des transformateurs (acheminement, communication et administration)
- avec les réseaux médiatiques et le plus grand public
Le développement :
- des capacités logistiques et techniques, des outils médiatiques et créatifs,
- des savoir-faire artistiques, artisanaux, culturels et durables: aménagement des Structures 3D (ex : le projet Écrin, de résidence artistique internationale à Térelj)
- de la qualité et de l’innovation : Labellisation : méthodologie RCE et montages d’SCIC HQSE (Société Coopérative d’Intérêt Collectif, à Haute Qualité Sociale et Environnementale)
- de l’éthique relationnelle et productive, de l’économie solidaire et du développement durable : partenariat avec Média 3D.

Le site internet :

Senchart doit devenir un site Internet indépendant, et proposer un outil de promotion des savoir-faire traditionnels et innovants, des œuvres, des matériaux, des lieux et autres moyens logistiques disponibles localement et globalement (ex: sources de financement, appels d’offres). Senchart offrira également un espace de dialogue entre les différents publics, via une plate-forme d’échanges, de forums et d’actions collectives.

Il sera aisé d’effectuer des recherches par thèmes généraux ou spécifiques (noms / dates / lieux ….) Cette interface permettra de contacter les compétences, de créer du lien entre elles, de se renseigner sur les évènements, sur les matériaux, sur les œuvres disponibles, sur le fonctionnement (où ça?-quand?-combien? – comment?), les logistiques publiques disponibles et les appels d’offres (pour quoi ? – pour qui)?, les lieux, les dates, les projets en cours ou les volontés exprimées …

La possibilité pour chacun de multiplier et de croiser des catégories (par exemple, et hors classement : musique / jazz / évènements / peinture / sculpture / littérature / guitaristes / fournisseurs / promotion / réparateurs…).

Techniques d’échange savoir-faire et matériel : commerce équitable / argent virtuel …

Fiches de référencement :

Les entrées principales : (Artistes / Techniques / Activités / Lieux / Matériaux / Logistiques / Projets)
Une même information sera indexée à différentes thématiques et ainsi rendue accessible via diverses entrées. Cette approche favorisera la promotion et le rapprochement des informations, notamment en impliquant leur bon classement par les moteurs de recherches informatiques tels que Google.

Par exemple, en entrant « Mongolie » dans le moteur de recherche de la page d’accueil, on accédera à :
- un moteur de recherche spécifique
- une ou plusieurs cartes interactives
- des listes bibliothèques dépliantes
- des savoir-faire traditionnels et modernes
- des lieux : de fourniture de matières premières / de vente d’outillage / des ateliers artisanaux / des ateliers artistiques / des lieux d’exposition et d’évènements / des structures d’apprentissage publiques et privées…
- des projets par thématiques
- des oeuvres référencées (par thématiques, par dates et disponibilités)
- des artistes (par localisation, objectifs, compétences, appartenances…)
- un calendrier des évènements, des propositions et des offres promotionnelles ou d’échanges

L’exemple des beaux arts (ou de l’UMA…) :

- Plan du bâtiment
- Agenda
- Capacités logistiques
- Techniques enseignées
- Réalisations (individuelles et expositions)
- Données de références (bibliothèque : littératures et oeuvres, liens vers d’autres sites, blogs …)
- Historiques (du lieu et des arts)
- Projets généraux et particuliers (établissements, enseignants, étudiants)
- Budgets (données publiques, appel d’offres)
- Besoins (matériaux, outillages, finances, compétences, offres d’emplois)
- Listes des enseignants
- Web cours
- Web boutiques
- Liens vers sites intéressants
-

Fiches Artistes (ou Structures) :

- Nom :
- Contacts (Tel / Adresse / Mail / fb / Site internet) :
- Techniques :
- Réalisations (books/ photos / vidéos / audio) :
- Activités :
- Projets :
- Philosophie (éthique) et méthodes :

Fiches Lieux :

- Ateliers :
- Cours :
- Galeries :
- Musées :
- Expositions :
- Évènements :
- Conférences :
- Stockages :

Autres thématiques développées par Senchart :

- Techniques traditionnelles :

- Arts contemporains :

- Matériaux :

- Logistiques :

- Projets :

- Histoire de l’art :

Projets partenaires :

- Le SFH (encyclopédie informatique des Savoir-Faire de l’Humanité)
- Ethic-Trade (SCIC HQSE : Société Coopérative d’Intérêt Collectif, à Haute Qualité Sociale et Environnementale), commerce équitable, durable…
- Le HDH (Historical Data of Humanity, site de référencement des documents historiques) : La Mongolie en particulier ne capitalise ni géographiquement, ni médiatiquement ses données historiques – par exemple certains des textes en sanscrit sont à Londres, d’autres à Moscou… Il est maintenant possible de les réunir dans un site Internet dédié, via l’élaboration d’une collaboration universitaire internationale (exemple :sanscrit / dates / lieux / peuples) pour permettre une comparaison des données.
- Les projets du programme 3D: 3DSchool / UNITIC / 3DExplorer / 3Datas.org

La Complémentarité des champs de compétences :

La pédagogie, l’apprentissage et l’inter-compréhension sont essentielles à l’évolution du développement, aux échanges et aux coopérations qu’il nécessite. C’est pourquoi 3DSchool Internationale est un outil complémentaire incontournable : Senchart,, Média3D, 3DSchool et les autres coopératives HQES fonctionnent en synergie. Ces coopératives sont les outils de concrétisation des recherches du Réseau 3D.

Les avantages de cette synergie : Cette coopération favorisera:
- Une inter-compréhension des différents secteurs d’activité, vers une meilleure définition et une plus vaste conscientisation des enjeux du développement durable,
- Une optimisation des compétences du réseau et de l’efficacité de réalisation des objectifs particuliers et généraux,
- Une solidarisation sociale, par le développement de méthodologies de fédération, de partage des besoins et des tâches.

Traduction, et pédagogie : force de communication, de fédération et de développement :
Les documents à traduire étant d’intérêt général et formant le patrimoine collectif, ils offrent de parfaits supports de travail pour des activités de pédagogie linguistiques. Par exemple, tant pour l’Unesco que pour les beaux-arts, le montage de la coopération inter-universitaire et instituts privés de 3DSchool est ainsi directement profitable. Cette dynamique d’échanges de compétences s’étendra bien sûr à l’ensemble des besoins d’intérêts généraux rencontrés par le Réseau 3D, tels ceux du développement des capacités informatiques, ou comptables… Le vote intra-structurel et global, pour le choix des besoins prioritaires, permettra la définition des objectifs associatifs et institutionnels, et de l’ensemble de « l’intérêt général », soit du « développement ».

Le développement du réseau implique et permet une plus vaste promulgation des informations. De plus, la coopérative Média3D, les méthodologies RCE et la P6 favorisent la pertinence, la qualité et la hiérarchisation démocratique des informations véhiculées.

Ce développement des capacités de communication engendrera une forte reconnaissance, et l’optimisation des participations citoyennes, institutionnelles et privées, tant sur les plans logistiques, administratifs et légaux que financiers.

Governatic

Activités, Activités et sociétés, Démocratie participative, Développement Durable, Eco-management, Environement, Geoweb, Gestion des ressources naturelles, Gouvernance & Droit, Géomatique DD, Internet DD, Le territoire, Médias DD, Opinion, Outils de DP, Pédagogie DD, Savoir-faire DD, TIC, Transferts intergénérationel et interculturel juin 28, 2012 No Comments
Governatic       -   French: > La gouvernatique

Definitionreferencingneeds

DEFINITION: (in collective development)

In computer language, governatic defines the democratisation of set of tools designed for governance (management of all the resources and activities of a nation).

As a science, governatic defines research and development of the democratisation of management methods concerning public resources (natural resources, logistic tools and human resources).
- governatic is the activity which seeks to define and test the conditions of realization of the concept of democracy, and of its fundamental principles (for example: freedom, equality, fraternity). Its goal is to democratize democracy.

Governatic is built by the people, for its management, the collective definition of global interest. Governatic is then defined as the study and construction of tools for understanding sociological, territorial, and economic data, for analyzing, anticipating, and defining the public interest and development options.

« Governatic equity » is the state of democratic ideal toward which a democracy, and its rulers, tend, as their primary object and their political reason for being.

Keywords:
* Governance is defined by the United Nations as:« the exercise of economic, political and administrative powers to manage a country’s affairs at all levels. » Good governance is participatory, transparent and accountable. It is also efficient and fair. It ensures that political, social and economic priorities are based on broad consensus in society and that the voices of the poorest and of the most vulnerable people are at the heart of decision-making on the allocation of resources for development » . > See: participatory governance…
> See the Wikipedia article: participatory democracy and internet

* Democracy is the political regime or, more broadly, a corpus of philosophical and political principles, in which the people is sovereign and elect the leaders.
> See the Wikipedia page: A panel of democracies.

Index of democracy: The British newspaper « The Economist » has created an index of democracy by examining 167 countries to qualitatively assess their level of democracy on a scale of 0 to 10. After having stagnated between the first score of 2006 and the second in 2008, democracy declined overall in 2010. France was demoted from 24th to 31st place, changing down, as Greece, to an imperfect democracy. Belgium has also demoted whereas Switzerland remained in its place, but both have lost points.

REFERENCING governatic tools

In the context of democratic sustainable development, or of informed democracy, voting is the tool which marks the foundation of governatic science from a legal point of view. However, governatic tools are pre-existing.

Philosophically and conceptually, collective consciousness has largely evolved since the emergence of the democratic principles and protocols. The intellectual and symbolic tools available to citizens have accompanied technological and artistic products as a function of the tools for issues understanding, communication and collective rationalization. These tools have an exponential development; in practical terms, their effectiveness is finally available to the public via the internet and the ICTs, which potentiate the possibilities of democratization of governatic.

If the citizens of a nation can openly consider themselves in a democracy and experiment with the freedoms it defines, all the tools for between-citizens communication and for decentralization of management capacities are viewed as tools for the democratization of governance, i.e. the four powers: media, political, legislative, and executive power (the capacities of information storage, processing and communication, the access to the logistics of territorial planning, and to philosophical, scientific and technological progress implying an evolution of the concept of democracy and of its practical applications).

The governatic index

By extension, the governatic index of a nation or society is defined as a function of each individual’s possibilities for territorial management. The more the governatic of a country or a group is expanded, the more democratic it is. And the larger the gap between the access to the governatic of the most richly and the most poorly equipped individual, the lower is the national governatic index.

At the international relations level, the right of nations to dispose of themselves limits the governatic capacities of each nation in the same ratio as at the citizen level: « the freedom of an individual ends where the freedom of others begins.”

Santé & Nutrition : Homéopathie et politique

Médecines douces, Médias DD, Santé, Savoir-faire DD jan 26, 2012 No Comments

Source: Sante et Nutrition, contacte: santenutrition@sante-nature-innovation.fr

Homéopathie et politique

L’histoire de la réglementation des médecines alternatives, et en particulier de l’homéopathie, est extrêmement intéressante et éclaire les débats (et scandales) médicaux qui remplissent nos journaux (Médiator, prothèses PIP, anti-inflammatoire Vioxx, Buflomédil…).

Les tentatives actuelles de tuer les médecines naturelles, par l’interdiction des allégations thérapeutiques sur la plupart des vitamines, minéraux et nutriments, les nouvelles réglementations draconiennes contre les remèdes à base de plantes, et le déremboursement progressif de l’homéopathie, ont des racines qui remontent à il y a plus de… 200 ans.

Les années 1790-1820 furent marquées par un extraordinaire bouillonnement médical. Ce bouillonnement peut être relié à l’abolition, à la Révolution, de l’Académie de chirurgie, fondée par Louis XV en 1831, ainsi que de la Société royale de Médecine fondée par Louis XVI en 1778.

Tout comme notre actuelle « Académie nationale de Médecine », dont elles sont finalement les arrières-grand-mères, ces Académies bénéficiaient de privilèges qui leur assuraient à la fois une manne financière considérable, et surtout la possibilité de supprimer, par voie d’interdiction légale, la concurrence que leur faisaient les médecines alternatives.

Privées d’autorité (et de financement) par les Révolutionnaires, elles n’eurent aucun moyen d’empêcher le succès populaire des « nouvelles médecines » de l’époque, qu’étaient l’homéopathie et le retour en force de l’herboristerie.

Le phénomène ne tarda pas à prendre une tournure internationale. La montée de l’homéopathie coïncida avec un déclin spectaculaire du prestige de la médecine allopathique et de ses méthodes. Les médecins, que Molière avait tellement égratignés, sont à nouveau la cible de toutes les moqueries. Ce ridicule poursuivra la médecine allopathique durant tout le 19e siècle, avec le personnage grandiloquent de Monsieur Homais, le pharmacien de « Madame Bovary », et jusqu’à 1923 avec le triomphe du la pièce de théâtre « Docteur Knock ».

Inutile de dire que ces railleries n’étaient pas du goût des médecins allopathes. L’Académie royale de médecine, restaurée par Charles X, se sent menacée. Elle cherche à éliminer l’homéopathie en la condamnant officiellement en 1835.

La manœuvre échoue. En 1860, on ne trouve pas moins de 140 homéopathes à Paris, 443 homéopathes en France. Mais l’usage de l’homéopathie est bien plus répandu encore que ces chiffres ne le laissent entendre. Dans des sociétés à forte majorité rurale, les médecins sont difficiles d’accès et les populations sont attentives à tout remède efficace leur permettant de se passer de leurs services.

Le succès de l’homéopathie fut d’autant plus grand que, reposant sur des produits dépourvus de toute toxicité, les arguments manquent pour en interdire la pratique. Partout en France, les mères de famille se mettent à utiliser ces remèdes faciles et bons marchés pour soigner leurs enfants. A une époque qui ignore encore les antibiotiques, l’homéopathie est utilisée couramment pour traiter des maladies aussi graves que le choléra, le typhus, et même la variole.

A la consternation des médecins, le succès de l’homéopathie est tel qu’ils se retrouvent dépassés financièrement par ces nouveaux concurrents. Le revenu annuel moyen d’un médecin allopathe, en 1871, aux Etats-Unis, est de 1000 dollars, contre 4000 dollars pour les homéopathes (je n’ai pas les chiffres pour la France).

Pour les allopathes, la faute revenait à l’ignorance, à la superstition, et à la naïveté des populations, « trompées » par des « charlatans » abusant de leur confiance. L’urgence était donc de protéger les gens contre eux-mêmes : les autorités politiques, la police, devaient se charger d’éliminer les « faux médecins » qui les menaient hors du droit chemin médical.

Pour séparer le bon grain de l’ivraie, un allopathe, le Professeur Grasset, a l’idée de créer un Conseil de l’Ordre des Médecins, qui veillerait à la discipline et se chargerait de déterminer qui a le droit de soigner. Cette idée étant profondément contestée par le public, il ne reçoit pas de soutien des autorités, et ne peut que créer une Association Générale des Médecins de France, qui voit le jour en 1896.

Diverses tentatives ont lieu de donner un caractère officiel, et donc une autorité véritable à cette association, en 1923, puis 1928. Mais il faudra attendre le gouvernement de Vichy pour établir un « Conseil Supérieur des Médecins » doté des pouvoirs de police nécessaires, par la loi du 7 octobre 1940. La chasse aux sorcières était officiellement lancée.

Le premier hôpital homéopathique (Saint-Luc) fut fondé dès 1875 à Lyon, et l’École française d’homéopathie dès 1897 à Paris. L’Ordre des médecins, lui, ne reconnut l’exercice médical de l’homéopathie qu’en… 1997. Et encore les bonnes relations entre système médical officiel et homéopathie furent de courte durée. Dès 2001, le taux de prise en charge par la Sécurité sociale des produits homéopathiques passait de 65 à 35 %.

Si vous pensez que les médecins ont changé d’attitude par rapport à 1800, je vous invite à vous reporter aux récents rapports de l’Académie de Médecine, de la Miviludes, et de la presse officielle en général au sujet des médecines naturelles.

Frapper les faibles

Cette habitude de s’attaquer à ceux qui ne peuvent pas se défendre quittera-t-elle bientôt les autorités médicales ?

On peut craindre que non. Un article récent du New England Journal of Medicine a constaté qu’un tiers des patients américains avaient recours à des médecines non-conventionnelles, qu’ils payaient de leur propre poche (comme en France et en Belgique, où la Sécurité Sociale ne prend ces dépenses en charge que de façon exceptionnelle).

Au lieu de se poser la question de savoir pourquoi tant de patients cherchaient ainsi en dehors des voies de la médecine conventionnelle, les auteurs de l’étude, adoptant une attitude vieille de 150 ans, conseillaient aux médecins d’interroger leurs patients sur le sujet et, le cas échéant, de les convaincre de renoncer à ces « errements ».

L’urgence est, aujourd’hui, de dépasser la barrière du mépris, qui interdit tout dialogue constructif. Pour apporter notre propre pierre à l’édifice, nous avons demandé au Docteur Patrick Theillier, médecin et homéopathe, de présenter aux lecteurs de S&N l’homéopathie, afin de contribuer à une meilleure compréhension de ce qui est tout sauf du charlatanisme. A lire ci-dessous.

Jean-Marc Dupuis

La médecine homéopathique, par le Docteur Patrick Theillier

Tout le monde a entendu parler de l’homéopathie. Certains l’ont certainement essayée. Pour beaucoup, n’est-ce pas, c’est « l’utilisation des petites doses », « un effet placebo » ou « soigner le mal par le mal », et puis « si ça ne fait pas de bien, ça ne fait pas de mal… ». Or ce n’est rien de tout cela : c’est une médecine à part entière que je préfère appeler « médecine homéopathique », qu’il est nécessaire de bien définir.

L’homéopathie est un terme inventé par Samuel Hahnemann, son fondateur, né en Saxe en 1755, mort à Paris en 1843 (enterré au cimetière du Père Lachaise). « Homéo » veut dire semblable, en opposition à « allo » contraire, que l’on trouve dans « allopathie » qui est la médecine des contraires, la médecine classique. La médecine homéopathique est basée sur la Loi des Semblables : loi de la nature, mise en évidence et formulée par Hahnemann.

Cette loi indique que toute substance capable de provoquer chez un être en bonne santé un certain nombre de symptômes est capable de guérir un être malade présentant ces mêmes symptômes. Ce n’est pas banal ! Ainsi, si vous expérimentez que le café vous empêche de dormir, ce qui est le cas le plus fréquent, le café pourra vous permettre de mieux dormir… A deux conditions, nécessaires et suffisantes, qui caractérisent la médecine homéopathique. Primo de trouver la bonne dose, la bonne dilution, car, pour avoir cette inversion d’effet, il faut diluer la substance de façon étonnamment importante : on met une goutte de café dans 99 gouttes d’eau, puis on prélève 1 goutte de cette solution à laquelle on rajoute 99 gouttes d’eau, et ainsi de suite … Secundo, ça ne marche que si, entre chaque dilution, on secoue fortement la solution 100 fois… ce qu’on appelle la « dynamisation ». Avec ces deux procédés, originaux il faut bien le dire, on obtient à la première dilution une 1CH, qui veut dire « 1ère Centésimale Hahnemanienne », puis une 2CH, et ainsi de suite…

Vous comprenez donc que ces deux manipulations du produit de départ (qu’on appelle « Teinture Mère ») caractérisent la médecine homéopathique sur le plan pharmacologique. Précisons que toutes les substances de la nature peuvent être utilisés, qu’elles soient d’origine végétale, animale ou minérale : l’homéopathie est une médecine naturelle.

Mais ce n’est pas tout ! Pour connaître l’effet de ces produits chez l’homme, il faut les expérimenter ! Ce qu’a fait Hahnemann. C’est au cours de la première tentative d’essai sur lui-même d’une substance, l’écorce de quinquina, qu’il eut l’intuition de la Loi des Semblables : il développa des symptômes semblables à ceux du paludisme que cette écorce de quinquina était réputée guérir. Pour connaître les substances médicinales, Hahnemann eut l’idée révolutionnaire de les faire absorber non à des animaux, non à des malades, mais à des hommes sains ! Toutes les médicaments homéopathiques sont des substances qui ont livré par le moyen de l’expérimentation sur l’homme sain ce qu’elles sont ca pables de guérir chez un malade ! C’est ce qu’on appelle une « pathogénésie » : c’est l’ensemble des signes et symptômes provoqués chez l’homme sain par l’expérimentation d’une substance.

Les pathogénésies de chaque médicament contiennent, en fait, de nombreux symptômes. Reprenons l’exemple de notre café. En homéopathie, on a gardé le nom scientifique, en latin (compris par tous dans toutes les langues) : le café, c’est « coffea cruda ». Sa pathogénésie comporte de nombreux signes que l’on peut résumer par : « Hypersensibilité de tous les sens, activité exagérée de l’esprit et du corps, insomnie car n’arrête pas de penser, aggravé par les émotions excessives (surtout les surprises joyeuses) » (1). Vous voyez qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle insomnie. L’homéopathie est une médecine personnalisée. C’est, il faut bien le dire, ce qui fait sa difficulté. Mais, en même temps, son intérêt ! C’est une médecine passionnante quand on commence à la connaître.

Il faudra encore donner des précisions, mais, déjà, vous avez les bases, le trépied de sa constitution : similitude, dilution, dynamisation.

Dès maintenant, vous pouvez l’utiliser pour des petits maux comme dans les traumatismes, accidents ou blessures avec un premier grand remède qui est Arnica. L’arnica des montagnes est une herbe guérisseuse connue. On peut d’ailleurs l’utiliser telle quelle, en Teinture Mère (ou T.M.) commercialisée en pharmacie : la lotion ou la pommade d’Arnica sur toute meurtrissure, contusion, tuméfaction, apportera un soulagement de la douleur et évitera la formation d’un hématome.

La prise de granules homéopathiques d’Arnica dilué et dynamisé procurera une action plus générale et plus profonde. Les granules sont des grains de saccharose sur lesquels on dépose la dilution choisie, que vous trouvez en pharmacie : il suffit de les sucer en les gardant autant que faire se peut sous la langue. Il faut retenir que la hauteur de la dynamisation employée (généralement de 4CH à 30CH) est relative à la gravité du traumatisme, par son intensité, son étendue, sa profondeur. Pour un accident de voiture, par exemple, la plus haute dynamisation sera la mieux indiquée, car c’est le corps tout entier qui est traumatisé ; les organes, les fonctions peuvent être lésés, commotionnés ; des membres blessés ; le psychisme lui-même est atteint. Si donc vous res sentez une douleur de meurtrissure locale ou générale avec agitation et peur d’être approché, qui sont les symptômes caractéristiques d’Arnica, il vous faut prendre de l’Arnica le plus haut dilué, en l’occurrence en 30CH, en dose (qui contient des globules, grains plus petits que les granules en plus grande quantité).

Une autre plante, le souci du jardin ou Calendula, est appelée « l’antiseptique homéopathique ». La lotion de Calendula ou la pommade est à mettre sur les plaies, en compresse par exemple, empêche la suppuration et accélère la cicatrisation. A utiliser donc dans toutes les plaies et blessures ouvertes.

Un troisième médicament doit faire partie de vos trousses d’urgence : Cantharis. C’est le venin de la cantharide (coléoptère dont la piqûre est redoutable) qui s’est révélé, au cours des expérimentations homéopathiques comme le remède efficace contre les brûlures (que ce soit par le feu, les liquides, les solides, le froid, les acides, le soleil…), avec un pouvoir calmant, antiseptique, cicatrisant, reconstituant de la peau. A appliquer après avoir laissé la brûlure 10 mn sous l’eau froide. En cas de brûlure grave, soit par la superficie, soit par la profondeur, la prise de Cantharis en dynamisation est indispensable (2).

En plus de ce trio, il y a d’autres remèdes d’urgence que nous verrons une autre fois.

Mais pour vous faire bien comprendre l’homéopathie, sachez que l’expérimentation de Cantharis a révélé aussi un effet dans « l’irritation et l’inflammation des muqueuses digestives et urinaires avec douleurs brûlantes » : c’est un remède extraordinaire de cystite aiguë avec douleurs brûlantes avant, pendant et après la miction (le jet), à prendre le plus tôt possible, en dose en 9CH (à avoir chez soi !).

La médecine homéopathique est une médecine très vaste ; il y a beaucoup de choses à dire sur ses bienfaits. On se pose toujours la question de savoir comment elle agit à si petites doses (infinitésimales)… Mais, après tout, on sait aujourd’hui avec l’atome que l’infinitésimal peut avoir une très grande puissance ! Avec l’homéopathie, on n’est plus du tout dans la chimie, qui a pu se faire développer la médecine allopathique. On est dans la physique, l’énergétique, l’électromagnétique. Nous en reparlerons.

Docteur Patrick Theillier

**********************

Publicité

Les laboratoires Lorica proposent un produit intéressant contre les douleurs articulaires. Pour plus d’informations, cliquer sur ce lien.

**********************

Sources de cet article :

(1) Précis de Matière Médicale Homéopathique des Dr Léon Vannier et Jean Poirier (Doin), un classique de l’homéopathie française.

(2) Cf. Trésor de l’homéopathie en cas de blessures et accidents de Colette Peyrard.

**********************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, cliquez ici

**********************

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur: www.santenatureinnovation.fr

**********************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs . Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

Cartographie numérique en ligne nouvelle génération : impacts de la néogéographie et de l’information géographique volontaire sur la gestion urbaine participative

Démocratie participative, Développement Durable, Eco-management, Environement, Geoweb, Gestion des ressources naturelles, Gouvernance & Droit, Géomatique DD, Internet DD, La Recherche, Le territoire, Médias DD, Société, TIC, analyse de l'environnement mai 20, 2011 No Comments

Résumé : La carte, et plus globalement la géolocalisation sont devenues omniprésentes sur Internet. Cette démocratisation de la géomatique par l’intermédiaire du Géoweb se traduit par l’émergence d’une nouvelle forme de cartographie utilisant les techniques du web 2.0. Qualifiée de néogéographie, elle se caractérise par une grande interactivité et des contenus géolocalisés générés par les utilisateurs. La mobilisation de cette information géographique volontaire constitue un défi pour les professionnels de l’information géographique mais aussi pour les collectivités territoriales. La question de la participation publique par l’intermédiaire des applications cartographiques contributives est ainsi renouvelée et plus globalement de nouvelles perspectives se dessinent pour les SIG participatifs. L’objectif de cet article est de mettre en perspective le développement du Géoweb participatif avec les processus de gestion urbaine participative.

Mots-clés : Géomatique, SIG, information géographique volontaire, démocratie locale, Géoweb, wiki, cartographie en ligne, Web 2.0, gestion urbaine participative


Abstract: Maps, and more broadly location have become ubiquitous on the Internet. This democratization of GIS through the GeoWeb produce the emergence of a new mapping is using the techniques of Web 2.0. The neogeography is characterized by high interactivity and user-generated geographic content. The mobilization of this volunteered geographic information is a challenge for geospatial professionals but also for local authorities. The issue of public participation through the participatory mapping is renewed and, more generally, new opportunities are emerging for participatory GIS. The objective of this paper is to put in perspective the development of participatory GeoWeb with urban planning.

Keywords: GIS, Volunteered Geographic information, Geoweb, participatory, public participation, wiki, PPGIS, Web 2.0, urban planning

Boris Mericskay (1)
mericskay.boris.1@ulaval.ca
Stéphane Roche (2)
Stephane.Roche@scg.ulaval.ca
Département de géographie, Université Laval, Québec, Canada (1)
Département des sciences géomatiques, Université Laval, Québec, Canada (2)

> Lire la suite

Il était une fois le cosmos

Développement Durable, Médias DD, Pédagogie DD, divers jan 27, 2011 No Comments

Le physicien et cosmologiste Stephen Hawking raconte l’histoire de l’univers, de son origine jusqu’à sa fin probable.

Ecologie : Développement durable énergies renouvelables- annuaire
agence web