izmir çocuk escort çocuk escort antalya istanbul escort çocuk çocuk escort izmir orospu izmir cocuk escort bayan orospu izmir escort orospu bayan antalya istanbul cocuk escort cocuk escortlar izmir ankara size dar gelir ankara cocuk escort cocuk bayan ankara ankara cocuk escort ankara travesti escort cocuk ankara cocuk escort ankara ankara cocuk escort ankara escort escort ankara ankara eskort eskort ankara ankara eskort bayan ankara escort bayan escort bayan ankara ankara escort bayanlar ankara çocuk escort ankara escort escort ankara ankara escort bayan bayan ankara escort escort bayan ankara ankara escort bayanlar ankara çocuk escort ankara escort escort ankara cocuk pornosu

Les conditions d’humanisation…

Cultures, Développement Durable, Outils de DP, Société, Solidarité, TIC, divers août 22, 2010 No Comments

Les conditions de survie et d’humanisation de notre espèce se rejoignent :

La non-durabilité de l’environnement : une nouvelle dimension de la condition-perception humaine

    Cet article est en construction : « Sapiens-Sapiens-Sapiens », ( il sait qu’il sait qu’on sait… pas tout ) : la conscience de soi et de son contexte socio-environnemental, du besoins d’évolution : d’accès à la créativité, aux connaissances et aux outils de DD.

    La connaissance de la réalité : de son milieu et de soi dans ce milieu, de cette réalité en tant que production de soi, et de soi en tant que production du milieu.

    Les trois cerveaux : neuronal, astrocytaire, et Internetique : la matrice évolutive (Homo Sapiens), la conscience (Sapiens-Sapiens), relative au vécu, guidé par, l’information, (relative a l’ontologie des stimulis) : la connaissance, la compréhension et la re-contextualisation de cette compréhension et de cette information.

    La révolution de l’information, que nous traversons dépend maintenant de l’emploi d’Internet : le premier véhicule/ordonnateur des connaissances humaines, accumulées inter-générationnellement et inter-culturellement et cependant cumulées en dépit de l’intérêt général; si l’outil est fantastique (comme le sont les systèmes neuronaux et astrocytaires), c’est d’un emploi « conscient » que dépendront de potentiels bénéfices en termes de qualité de vie générale.

    Suivant Yves Coppens*, il s’agit d’être, en la matière, « volontairement optimiste » : un concept qui, peut-être, est opposable à d’autres, depuis longtemps à l’affiche, comme celui de « real politique », impliquant des choix de développement pragmatiques et à court terme (ou « non durables »), plutôt que d’investir dans l’à-venir. Au point qu’aujourd’hui, le problème qui impose le concept de développement « durable » (ou « sustainable »- soutenable) sur la scène politique occidentale et internationale, se pose en ces termes : Si nous continuons sur cette voie, au-delà des conséquences désastreuses actuelles (sur les plans humains et environnementaux, culturels et naturels), c’est la génération naissante que nous condamnons à vivre en un environnement toxique. Autant en termes de qualité et d’abondance des ressources liées aux besoins primaires : l’eau et l’air dépendent du végétal, du vivant et de la bio-diversité, en chute libre, (ou « libéralisés ») – qu’en termes d’organisation sociale, de choix de vies disponibles : les monopoles induisent une structuration socio-environnementale (et par là-même culturelle) à vocation individualisée plutôt que collectivement rationalisée…

    *( Yves Coppens, né à Vannes le 9 août 1934, est un paléontologiste et paléoanthropologue français, professeur honoraire au Collège de France. En France, son nom est attaché à la découverte en 1974 du fossile surnommé Lucy. (x> conf sa conf, celle de Michel Serre et Noam Chomsky…)

    Les conditions de survie et d’humanisation de notre espèce se rejoignent :

      Si l’enjeu de cette prise de conscience est inédit, les potentialités en termes d’intérêt général le sont tout autant : en effet, de très nombreuses applications positives des connaissances et des outils mis à disposition par les efforts mutualisés des ancêtres (en termes de droit et de liberté sociale et humaine, de savoir-faire et de sciences fondamentales) sont à espérer d’un emploi inter-participatif et démocratisé, plutôt que « libéralisé » (ou la liberté de capitalisé son pouvoirs d’exploitation des ressources humaines et environnementale) . L’objectif de la démocratie étant de protéger (et développer) le pouvoir des citoyens dans la gestion de leurs vies propres par/et celle du territoire collectif. Et celui de la « libéralisation des marchés » (-ou des ressources humaines et naturelles communes) consistant à favoriser l’exercice des pouvoirs particuliers sur la part commune. Un regard « désintéressé », ou collectif, sur les connaissances humaines permettrait ainsi d’optimiser leurs référencements, et la durabilité de leur mode d’emploi : la démocratisation de la hiérarchisation des besoins et la mutualisation des recherches de solutions.

    Source : 3Dprod
    (Note : Voir : L’EAU : les urgences et les potentialités …)

Pas de réponses to “Les conditions d’humanisation…”

Laisser un commentaire

Ecologie : Développement durable énergies renouvelables- annuaire
agence web