izmir çocuk escort çocuk escort antalya istanbul escort çocuk çocuk escort izmir orospu izmir cocuk escort bayan orospu izmir escort orospu bayan antalya istanbul cocuk escort cocuk escortlar izmir ankara size dar gelir ankara cocuk escort cocuk bayan ankara ankara cocuk escort ankara travesti escort cocuk ankara cocuk escort ankara ankara cocuk escort ankara escort escort ankara ankara eskort eskort ankara ankara eskort bayan ankara escort bayan escort bayan ankara ankara escort bayanlar ankara çocuk escort ankara escort escort ankara ankara escort bayan bayan ankara escort escort bayan ankara ankara escort bayanlar ankara çocuk escort ankara escort escort ankara cocuk pornosu

Archives pour "analyse de l’environnement"

ACCLIMAT : RIO+20, et après ?

Changement climatique, Développement Durable, Gestion des ressources naturelles, analyse de l'environnement juil 30, 2012 No Comments

Bonjour,

Veuillez trouver ci-dessous le numéro 21 du « BUZZ » du projet Acclimate de la COI. Merci de bien vouloir le transmettre auprès de vos réseaux respectifs.

Nous restons à votre disposition pour tout éclaircissement et vous remercions par avance pour vos commentaires et suggestions d’articles.

Bonne lecture

L’équipe du projet Acclimate
COMMISSION DE L’OCEAN INDIEN / INDIAN OCEAN COMMISSION
Q4, Avenue Sir Guy Forget, BP 7, Quatre Bornes -  Île Maurice (GMT+4)
Tél. : +230 427 6172 ou +230 427 6199 ou +230 427 3366
Fax : +230 424 9388
E-mail : acclimate@coi-ioc.org

Retrouvez-nous sur notre site web http://www.acclimate-oi.net

P Before printing, think about the environment

Le « BUZZ » Acclimate (COI) N°21

Les dernières actus de la lutte contre changement climatique dans le sud-ouest de l’océan Indien… et au-delà

Tous les titres sont « cliquables » (ctrl +clic).

? acclimate | actualités | agenda | ECLAIRAGE | GUIDE ET MANUELS | A LIRE | web & multimédia | chiffres clés ?

Lisez plus d’articles sur www.acclimate-oi.net, le site de la Commission de l’Océan Indien dédié à l’Adaptation au Changement Climatique

ÉDITO

Intrinsèquement liée à la problématique de l’adaptation au changement climatique, la sécurité alimentaire est l’un des principaux défis de l’Indianocéanie – les îles de la Commission de l’Océan Indien. A ce titre, elle compte parmi les secteurs prioritaires de la stratégie régionale d’adaptation au changement climatique que les représentants des pays de la région ont validée, début juillet, lors d’un atelier organisé par Acclimate. Ce 21e numéro du « Buzz Acclimate » apporte ainsi divers éclairages sur les liens étroits qui existent entre agriculture, adaptation au changement climatique, services climatiques et développement socio-économique. Enfin, un mois après le sommet de Rio+20, nous vous proposons ici une sélection d’articles et de réactions, regroupés dans un dossier spécial que nous continuerons d’alimenter durant les prochaines semaines.

ACCLIMATE

î  4-5 juillet 2012, Maurice | Les îles de la COI valident leur stratégie régionale d’adaptation au changement climatique

Toutes les actions du projet

ACTUALITES

î  Dossier Rio+20 (éclairages et réactions de sources diverses sur les attentes, les enjeux et les résultats du sommet)

- Rio+20 et après ? (édito de l’IDDRI)

- Rio+20 | « Maintenant que la conférence est terminée, le vrai travail commence » (Communiqué de presse de l’ONU)

-       COI | Réunion des ministres en charge de l’environnement lors du sommet Rio+20

- 23-24 juin 2012 | Les « Global Dialogues » connectent Maurice à Rio+20

- Le plaidoyer de la COI relayé en partie par les Seychelles, et distribué en plénière

-       Sommet de Rio+20 : introuvable économie verte (article à lire sur www.actu-environnement.com)

- « L’avenir que nous voulons » (le texte de l’accord issu du sommet Rio+20)

-       Le PNUE présente son PIB vert (article à lire sur www.actu-environnement.com)

-       Rio + 20 : vers une nouvelle gouvernance mondiale du développement durable ? (article à lire sur www.actu-environnement.com)

- Rio+20 : L’« approche paysagère » (article à lire sur le site de l’IRIN)

î  Interview : Patricia Coutandy | « Sainte-Suzanne (La Réunion), ville pionnière de l’Agenda 21 »

î  L’OMM lancera bientôt un système mondial de services climatologiques

î  Protection sociale et résilience aux changements climatiques : des facteurs essentiels de la sécurité alimentaire (FAO)

î  Maurice | Changement climatique – Combattre au féminin
î  Et si les poissons s’adaptaient au changement climatique ?
î  Le phénomène El Niño attendu au 3e trimestre 2012
î  Le Master 2 TRN boucle sa première année
î  Réunion, 2 juillet 2012 | 2e Comité Technique du Schéma Régional Climat Air Energie
î  Transition extratropicale de l’ouragan Hélène
î  Une étude américaine revoit à la hausse les prévisions sur l’élévation du niveau de la mer
î  Les Maldives veulent devenir « la plus grande réserve marine du monde »
î  GERRI 2030 : une innovation environnementale à La Réunion
î  Adaptation | Les banques préparent une méthode commune de suivi des financements
î  L’AIEA va ouvrir un centre pour lutter contre l’acidification des océans
Toutes les actualités

AGENDA

î  25-26 juillet – Maurice | 2e atelier d’évaluation des besoins technologiques (TNA)

î  30 août – 5 sept. | Réunion supplémentaire des Groupes de travail spéciaux de la CCNUCC

î  3-7 septembre 2012, Hanoi | 2e conférence mondiale sur l’agriculture, la sécurité alimentaire et le changement climatique

î  2e quinzaine de septembre (dates à confirmer) | Colloque international sur l’adaptation dans les pays membres de la COI (La Réunion / France).
î  2e quinzaine de septembre (dates à confirmer)  | Atelier régional de prévision saisonnière.
î  26 nov. – 7 déc. | COP18 à Doha, Qatar



ÉCLAIRAGES

î  Adaptation, sécurité alimentaire et coopération régionale : quelle approche pour la riziculture à Maurice ?

î  Faites découvrir la problématique de la protection de l’environnement aux jeunes
î  Changement climatique : vers une meilleure prise en compte des maladies émergentes
î  Maurice, un territoire à… ménager !
î  Une nouvelle lettre électronique sur le financement du changement climatique
î  Un trust fund indonésien pour financer des investissements « climat » novateurs

Autres éclairages

GUIDE ET MANUELS

î Le MDP en quelques graphes

î FAO-Adapt : le programme-cadre « Adaptation au changement climatique » de la FAO

A LIRE

î « De la météo au climat » : Prévoir les cyclones

Autres ouvrages à lire


WEB & MULTIMEDIA

î  Le site du MID (« Maurice : Île durable ») a été relooké

Toutes les ressources

CHIFFRES CLES

î  La Réunion | Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 13% sur la période 2004-2008

Autres chiffres clés

Le Buzz Acclimate est un instantané du site acclimate-oi.net. Ce site, développé et animé dans le cadre du projet Acclimate, propose un reflet de ce qui fait l’actualité sur Internet dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, au niveau du projet Acclimate, des pays membres de la COI, du sud-ouest de l’océan Indien et du reste du monde. Acclimate est un projet piloté par la Commission de l’Océan Indien (COI) et financé par le Fond français pour l’Environnement Mondial (FFEM), le Ministère français des Affaires étrangères et Européennes (MAEE), l’Agence française de développement (AFD) et la Région Réunion.

Se désinscrire / Signaler un changement d’adresse e-mail

4 pièces jointes — Télécharger toutes les pièces jointes Afficher toutes les images

image010.jpg
55 Ko   Afficher Télécharger
image005.jpg
17 Ko   Afficher Télécharger
image006.jpg
3 Ko   Afficher Télécharger
image002.jpg
4 Ko   Afficher Télécharger

Pétition pour la défense de la santé naturelle en Europe

Agriculture, Démocratie participative, Gestion des ressources naturelles, Gouvernance & Droit, Industrie, Médecines douces, Nature et biodiversité, Pollutions, Ressources naturelles, Risques, Santé, Savoir-faire DD, Solidarité, Transferts intergénérationel et interculturel, divers juil 10, 2012 No Comments
Message de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Chers amis,

Notre pétition pour l’accès aux produits de santé naturelle en Europe continue à circuler à grande échelle, et nous récoltons chaque jour des centaines ou des milliers de signatures supplémentaires.

Mais je vous demande aujourd’hui de faire un dernier effort pour accroître encore son succès, avant que nous lancions le mouvement en d’autres langues, pour toucher les pays européens qui ne sont pas encore mobilisés (je pense en particulier à l’Espagne et à l’Italie).

Vous avez en effet été nombreux à nous demander de diffuser la pétition dans plusieurs langues ce qui nous a incité à élargir notre réseau aux européens non francophones. D’ici une semaine, nous devrions diffuser des textes en anglais, en espagnol et en Italien.

Merci donc, si ce n’est pas encore fait, de signer la pétition ci-jointe, et de faire circuler notre appel à pétition, en transférant à vos amis la vidéo suivante : http://institut-protection-sante-naturelle.eu/video/Petition1204/Petition_signature.html.

Vous pouvez aussi leur donner directement l’url de la vidéo. La voici : http://institut-protection-sante-naturelle.eu/video/Petition1204/Petition1205.html

Un grand merci,

Augustin de Livois
Président

Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Où irez-vous si Fukushima explose ?

Déchets, Désertification, erosion des sols, Energies, Industrie, Pollutions, Santé, Solidarité, analyse de l'environnement juin 20, 2012 No Comments

de Sante et Nutrition santenutrition@sante-nature-innovation.fr

Où irez-vous si Fukushima explose ?

Tandis que le club des journalistes parisiens nous bombarde de gros titres sur le dernier tweet de Valérie Trierweiler (passionnant !), les mésaventures de Ségolène (navrant !), le départ de Laurence Ferrari (émouvant !) ou encore les déclarations des (ir)responsables européens sur la crise des dettes publiques, la situation à Fukushima tourne à la catastrophe sans que cela ne mérite une ligne dans nos journaux ni même quelques secondes d’antenne.

Et pourtant, si l’objectif des journalistes officiels est de « vendre du papier » ou « faire de l’audience », puisque beaucoup d’entre eux ne s’en cachent même plus, parler de ce qui se passe réellement à Fukushima leur permettrait d’exciter les foules, à juste titre pour une fois.

Mais pour l’instant, c’est le silence… de mort.

Une question de survie de l’espèce humaine
Lorsque la centrale nucléaire de Fukushima fut ravagée par le tremblement de terre puis le tsunami en mars 2011, les autorités japonaises et les agences spécialisées dans le nucléaire ont eu une seule priorité : minimiser de façon obscène l’impact sanitaire de la catastrophe, pour empêcher tout mouvement de panique.

L’explosion d’une centrale nucléaire libère pourtant dans l’atmosphère une grande quantité de radionucléides radioactifs. Il en va de même des retombées radioactives après l’explosion d’une bombe atomique ou d’une « bombe sale ». L’un des composés radioactifs les plus communs est alors l’iode 131 (131I). Et c’est ce qui s’est passé à Fukushima (plus à ce sujet ci-dessous).

Par chance, il existe un moyen rapide, très efficace, très bon marché, et sans effets indésirables graves, d’immuniser votre organisme contre l’iode 131, ce qui n’est pas le cas des autres composés radioactifs (césium par exemple).

Il vous suffit de prendre, dans les deux heures qui suivent l’accident nucléaire, un comprimé d’iode, ou de vous badigeonner 2 mL de teinture d’iode sur la peau (1 mL pour les enfants). Si vous n’avez pas d’iode dans votre armoire à pharmacie, vous pouvez utiliser de la bétadine, en doublant la dose. L’application est à renouveler trois jours plus tard. De cette façon, vous saturez votre corps d’iode non radioactif et vous diminuez de 97 % votre absorption d’iode radioactif, et ce sans effets indésirables graves.

En effet, votre glande thyroïde est programmée pour emmagasiner et concentrer rapidement l’iode qui passe à sa portée. Si c’est de l’iode radioactif, votre thyroïde l’absorbera et vous serez exposé à des rayonnements internes, qui augmenteront votre risque de cancer de la thyroïde et de nodules bénins. Les enfants et les bébés sont encore plus vulnérables que les adultes.

Mais si votre thyroïde est déjà saturée d’iode non radioactif, alors votre corps n’en absorbera plus. Et vous pouvez obtenir ce résultat en vous badigeonnant de la teinture d’iode sur votre peau.

Cela ne coûte quasiment rien. Mais encore faut-il en avoir dans son armoire à pharmacie.

Attention, il existe des dangers à utiliser de la teinture d’iode, qui n’est pas un produit anodin. Il convient, avant de l’utiliser, de demander l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien. Il ne faut pas l’associer à des antiseptiques à base de mercure. Les femmes enceintes et les bébés de moins d’un moins ne doivent pas l’utiliser sans avis médical. De même, toute personne qui présente une certaine sensibilité à l’iode, qui est atteinte d’une maladie thyroïdienne et qui souffre de troubles cardiaques ne devrait pas s’appliquer de teinture d’iode.

Il est vital d’agir rapidement
La rapidité d’administration de l’iode après une exposition à de l’iode radioactif est un facteur décisif d’efficacité. L’effet protecteur est de 97 % lorsque la teinture est administrée au moment de l’exposition, mais passe à 85 % une heure après, et à 50 % entre 3 et 4 heures après l’exposition. Après 6 heures, vous êtes « out ».

Pour ces raisons, il semble raisonnable de vous préoccuper aujourd’hui de mettre dans votre armoire à pharmacie une bouteille de teinture d’iode. Il ne vous en coûtera que quelques euros.

La bombe à retardement n’est pas du tout désamorcée
Contrairement à ce qu’ont reconnu les autorités au moment de l’accident, des dizaines de milliers de personnes au Japon et dans le Pacifique ont été affectées par les émissions de césium 137 radioactif suite au tsunami de mars 2011. Des déchets de la centrale de Fukushima ont été retrouvés jusque sur les côtes de la Californie. Alors qu’on craignait que l’accident fût pire que celui de Tchernobyl dans les jours qui suivirent, personne n’imaginait à quel point ce serait pire en effet.

Si les estimations actuelles sont exactes, Fukushima a déjà relâché autant de radiations dans l’atmosphère que Tchernobyl. La différence est que la société TEPCO et le gouvernement japonais n’ont pas voulu construire de sarcophage en béton autour de la centrale, comme ce fut fait par les soviétiques, à un coût humain il est vrai gigantesque.

Aujourd’hui, on se retrouve donc avec des installations nucléaires à nu, et le risque d’un désastre encore dix fois plus grand si un nouveau tremblement de terre devait se produire. Ce scénario est malheureusement probable dans cette région à forte activité sismique.

Nous sommes donc aujourd’hui à la merci de la nature. Le gouvernement japonais le sait, et prépare actuellement des plans pour l’évacuation totale de l’agglomération de Tokyo, un exode aux conséquences humanitaires apocalyptiques qui concernerait 40 millions de personnes ! En fait, d’immenses territoires aujourd’hui densément peuplés dans l’hémisphère nord deviendraient inhabitables, pour des siècles voire des millénaires.

Nier les faits ne sert à rien
Il n’existe aucun moyen de nier cette réalité. Prétendre que la menace n’existe pas ne peut ni écarter le danger, ni vous protéger vous et votre famille. Le seul effet sera de vous laisser démuni le jour où le désastre se produira.

Il faut que vous ayez en tête les faits suivants :

La centrale de Fukushima-Dai-Ichi contenait six réacteurs nucléaires. Le tsunami du 11 mars 2011 provoqua l’inondation des générateurs produisant l’électricité du système de refroidissement, ce qui entraîna, dans les jours qui suivirent, la fusion de trois réacteurs sur les six (« full melt down »).

Chacun d’entre eux va alors connaître des explosions d’hydrogène, qui détruiront leur toit et leur partie supérieure.

À partir de ce stade, des rejets massifs vont se produire dans l’atmosphère et l’environnement. Le gouvernement japonais prend alors une décision dramatique : demander que de l’eau de mer soit utilisée pour refroidir les réacteurs, ce qui acheva de les détruire complètement, et à relâcher des millions de litres d’eau contaminée dans le Pacifique.

La catastrophe fut donc classée au niveau 7 (le plus élevé) de l’échelle internationale des événements nucléaires.

Le cauchemar des piscines
Mais la pire menace actuellement concerne les « piscines ».

Il faut savoir que, dans une centrale nucléaire de type Fukushima, les barres de combustible usé sont stockées dans des piscines remplies d’eau. Ce combustible émet des rayonnements qui sont extrêmement dangereux pour l’homme et dégage une énorme chaleur. Dans les conditions normales, l’eau permet de bloquer les rayons, et de refroidir les barres de combustible usé. Des machines permettent en outre d’examiner les barres, de les déplacer, etc.

Le problème est que, suite à l’accident, le système de refroidissement a cessé de fonctionner, ce qui a d’abord produit l’évaporation de l’eau puis un incendie dans la piscine du réacteur n°4, produisant de nouvelles émissions de vapeurs radioactives. Les installations pour déplacer les barres ont été détruites. Aujourd’hui, plus aucun être humain ne peut s’approcher de ces piscines.
Une catastrophe imminente ?

Aujourd’hui, mardi 19 juin 2012, la radioactivité a tellement monté dans la piscine n°2 qu’il n’est plus possible de la mesurer. (Oui, vous avez bien lu : la radioactivité est trop forte pour être mesurée). L’eau étant en train de s’évaporer, la chaleur et les radiations pourraient augmenter fortement et déclencher de nouveaux incendies.

La piscine n°4 est à 30 mètres au-dessus du sol et elle est exposée à l’air libre. La structure qui l’entourait et qui la soutenait est fortement endommagée. Si un nouveau tremblement de terre se produisait et qu’elle s’effondrait ou se mettait à fuir, un incendie radiologique catastrophique se produirait qui pourrait provoquer des émissions de Césium dix fois supérieures à Tchernobyl.

Il est de plus impossible de retirer ces barres radioactives car le système prévu a lui aussi été détruit lors du tsunami. Les retirer avec une grue provoquerait des émissions de radiations destructrices, des incendies et potentiellement aussi des explosions, qui ne peuvent être évités qu’en les maintenant en permanence dans l’eau, dans des structures renforcées (ce qui n’a encore jamais été pratiqué nulle part, ajoutant une forte dose d’imprévisibilité à l’opération).

Certains scientifiques pensent même que l’effondrement des piscines serait si grave que l’ensemble du Japon devrait être évacué. Cela représenterait 125 millions de réfugiés, ce qui causerait un désastre humanitaire sans précédent.

Une des plus grandes accumulations de radioactivité de la planète
Avant que vous ne balayiez de la main ces informations en les attribuant à quelque réseau antinucléaire extrémiste, voici ce qu’a déclaré Robert Alvarez, haut conseiller à l’environnement et à la sécurité nationale au ministère de l’énergie des Etats-Unis (Senior Policy Adviser to the Secretary for National Security and the Environment for the US Department of Energy) :

« Le total des stocks de combustible nucléaire usé sur le site de Fukushima Daichi contient près de la moitié du montant total du Césium 137 libéré par tous les essais d’armes nucléaires dans l’atmosphère, Tchernobyl, et les usines de retraitement du monde entier (environ 270 000 000 curies ou 9,9 E +18 becquerels).
Il est important que le public comprenne que les réacteurs qui fonctionnent depuis des décennies, comme celui du site de Fukushima-Dai-Ichi, ont produit un des plus grandes accumulations de radioactivité de la planète. »

Les agences nucléaires du monde entier sont en alerte face à l’éventualité d’une nouvelle dégradation des réacteurs de Fukushima et des piscines de combustible usé, et des retombées radioactives qui s’ensuivraient. Une série d’explosions se produiraient qui entraîneraient des radiations dans l’ensemble de l’hémisphère nord, qu’il serait impossible de limiter.

Ne comptez pas sur les autorités pour vous « prendre en charge »
La morale de cette histoire est que, quoi que l’avenir nous réserve, ne comptez pas sur les autorités pour vous protéger, et encore moins pour vous « prendre en charge ».

Si, dans un domaine aussi crucial que la sûreté nucléaire, elles sont capables de laisser une telle catastrophe se produire (difficile de prétendre qu’au Japon, personne ne connaissait le risque de tremblements de terre et de tsunami…), et si elles sont capables de si mal gérer les conséquences, dites-vous bien qu’elles agissent de la même façon, et pire encore, dans d’autres domaines, y compris celui si crucial de la santé publique.

La réalité est que les experts des gouvernements ne sont tout simplement pas préoccupés, en premier lieu, par le bien public, et encore moins par votre cas particulier ou par le mien.

Pour eux, comme pour beaucoup de monde, la priorité est avant tout d’assurer leur propre avancement, leur propre prestige. Et s’il faut pour cela contribuer, de façon active ou passive, à mettre en place un système dangereux et inhumain, beaucoup, malheureusement, n’hésiteront pas. L’histoire l’a prouvé, et combien de fois.

Je vous tiendrai informé
Je continue à recevoir, au jour le jour, des informations exclusives de Fukushima. Vous serez donc parmi les premiers à être informé dès que ce produira un événement important, et sans que les informations ne passent par le filtre des agences officielles. Cela vous permettra, si vous le souhaitez, d’être parmi les premiers à réagir.

C’est ce qui fait, en général, toute la différence.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

**********************

Publicité :

Alors que se multiplient les scandales autour des médicaments chimiques, une petite élite de personnes bien informées bénéficient, elles, de traitements naturels auxquels le grand public n’aura pas accès avant des années.

Vous pourriez peut-être faire partie de ce club très fermé, vous aussi. Mais il faut un peu de temps pour décider. Si vous avez quelques minutes devant vous, allumez le son de votre ordinateur et cliquez sur la présentation qui se trouve ici.

**********************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, cliquez ici.

**********************

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur : www.santenatureinnovation.fr/radioactivite

**********************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

**********************

Changement climatique : levier ou leurre ?

Changement climatique, Développement Durable, Environement, Gestion des ressources naturelles, Opinion, Société, Solidarité, Transferts intergénérationel et interculturel, analyse de l'environnement, divers jan 28, 2012 No Comments

Source : www.contre-feux.com Auteur: Nils Ferrand

Changement climatique: levier ou leurre ?

Sans rentrer dans le débat sur l’importance des processus physiques en jeu, on doit s’interroger sur le statut politique et culturel de la question du changement climatique. Les enjeux du changement climatique et plus généralement de l’état et l’évolution de « l’environnement » ne sont-ils pas secondaires, dans une perspective humaniste, par rapport aux questions d’(in-)équité généralisée, de (dé-)régulation des échanges, de conditions de (sur-)vie ? Dès lors le changement climatique et les questions environnementales ne seraient qu’un vaste leurre, un cache-misère au sens propre, derrière lequel on masquerait les défis d’une gouvernance mondiale du partage des richesses, de la violence que les états démocratique, porteurs théoriquement d’intérêts collectifs, devraient pouvoir exercer sur les oligarchies. Le changement climatique permet de construire et promouvoir un projet de société en changement qui ne remet pas fondamentalement en question ces deséquilibres. Les majors devenues vertueuses (et toujours plus bénéficiaires) deviendraient fers de lance d’un nouvel ordre vert, d’une nouvelle croissance « durable », durablement inéquitable, fondée inéluctablement sur le puissant moteur de l’envie. A force de critiquer comme anti-progressiste, déni d’humanité ou inéquitable l’égalitarisme, on en est venu à admettre comme irrémédiable la rupture croissante entre les nantis et les nuées de dénués. L’argument sur l’inefficacité mécanique des efforts de riches sur les questions de changement climatique est certes recevable : chaque euro ou chaque once de plaisir sacrifié à l’autel du climat au « nord » est probablement beaucoup moins rentable que s’il est transféré vers la promotion d’une transition « quantique » au « sud », pour ne jamais passer par nos étapes technologiques et culturelles, avérées léthales. Cependant cette perspective même peut être dépassée : si l’on admet le principe de transférer nos investissements « climat » au sud, on pourrait aussi admettre de dépasser cette question, et de prendre de front la question du développement partagé, sur la base d’une redistribution et d’une régulation massive. Utopie, certes, mais aussi transition progressive entre un statut de leurre et un statut de levier.

Cartographie numérique en ligne nouvelle génération : impacts de la néogéographie et de l’information géographique volontaire sur la gestion urbaine participative

Démocratie participative, Développement Durable, Eco-management, Environement, Geoweb, Gestion des ressources naturelles, Gouvernance & Droit, Géomatique DD, Internet DD, La Recherche, Le territoire, Médias DD, Société, TIC, analyse de l'environnement mai 20, 2011 No Comments

Résumé : La carte, et plus globalement la géolocalisation sont devenues omniprésentes sur Internet. Cette démocratisation de la géomatique par l’intermédiaire du Géoweb se traduit par l’émergence d’une nouvelle forme de cartographie utilisant les techniques du web 2.0. Qualifiée de néogéographie, elle se caractérise par une grande interactivité et des contenus géolocalisés générés par les utilisateurs. La mobilisation de cette information géographique volontaire constitue un défi pour les professionnels de l’information géographique mais aussi pour les collectivités territoriales. La question de la participation publique par l’intermédiaire des applications cartographiques contributives est ainsi renouvelée et plus globalement de nouvelles perspectives se dessinent pour les SIG participatifs. L’objectif de cet article est de mettre en perspective le développement du Géoweb participatif avec les processus de gestion urbaine participative.

Mots-clés : Géomatique, SIG, information géographique volontaire, démocratie locale, Géoweb, wiki, cartographie en ligne, Web 2.0, gestion urbaine participative


Abstract: Maps, and more broadly location have become ubiquitous on the Internet. This democratization of GIS through the GeoWeb produce the emergence of a new mapping is using the techniques of Web 2.0. The neogeography is characterized by high interactivity and user-generated geographic content. The mobilization of this volunteered geographic information is a challenge for geospatial professionals but also for local authorities. The issue of public participation through the participatory mapping is renewed and, more generally, new opportunities are emerging for participatory GIS. The objective of this paper is to put in perspective the development of participatory GeoWeb with urban planning.

Keywords: GIS, Volunteered Geographic information, Geoweb, participatory, public participation, wiki, PPGIS, Web 2.0, urban planning

Boris Mericskay (1)
mericskay.boris.1@ulaval.ca
Stéphane Roche (2)
Stephane.Roche@scg.ulaval.ca
Département de géographie, Université Laval, Québec, Canada (1)
Département des sciences géomatiques, Université Laval, Québec, Canada (2)

> Lire la suite

De la pluralité des ordres ? Les problèmes d’environnement et de développement durable à la lumière de la théorie de la justification

Développement Durable, Eco-management, Environement, Gestion des ressources naturelles, Gouvernance & Droit, Géomatique DD, Internet DD, La Recherche, Le territoire, TIC, analyse de l'environnement mai 15, 2011 No Comments

Selon une approche courante en économie, mais aussi dans d’autres sciences sociales, les objets auxquels s’intéressent les chercheurs sont insérés par eux dans un système étroit de déterminations ou de relations qui conduisent ces chercheurs à retenir une définition univoque de l’être et du comportement des objets étudiés. Ainsi, dans le champ économique, qu’ils soient producteurs ou consommateurs, les agents sont habituellement dotés d’une fonction unique et cohérente de préférences ou d’objectifs qui expliquent de façon unifiée leur comportement sur les différents marchés sur lesquels ils opèrent. Les transactions portent sur des biens qui, au-delà d’une grande hétérogénéité empirique, ont en commun un même statut d’objets à disposition des agents et quelques propriétés minimales, comme leur finitude spatio-temporelle et leur appartenance à des classes d’équivalence qui rendent possibles leur dénombrement et leur entrée dans le royaume des quantités et des prix. Entre la caractérisation des agents, celle des biens et celle du système qui résulte de leur mise en relation, il existe une relation de codétermination telle que se forme un monde unique logiquement clos sur lui-même…

Auteur : Olivier Godard

Lavoisier | Géographie, économie, société

2004/3 – Vol. 6
pages 303 à 330

ISSN 1295-926x

> Lire la suite

Bien-être social et intégrité écologique : une approche du développement durable à l’île de la Réunion

Développement Durable, Environement, Gestion des ressources naturelles, Géomatique DD, Le territoire, Nature et biodiversité, analyse de l'environnement avr 17, 2011 No Comments

Les territoires supportent inégalement les activités humaines. Or, depuis les révolutions industrielles, l’homme met en péril les ressources aquatiques, atmosphériques et terrestres tout en augmentant l’incertitude au sujet du bien-être social actuel et futur.

La célèbre phrase du rapport Brundtland « Satisfaire les besoins des générations présentes, sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs » cristallise ainsi autour du développement durable les principes d’équités intra et intergénérationnels qu’auront désormais à adopter les politiques et les citoyens.

Une ville, une région, un pays qui voudrait mener une action durable, intègre désormais une réflexion au sujet des outils de mesures, d’observations et d’analyse du milieu tout en favorisant la diffusion de l’information environnementale auprès du public. L’objectif final étant de réaliser le mythe holistique du : « penser global, agir local ».

Les diverses échelles de la politique territoriale ont à réagir, en théorie, aux variations spatiales de la durabilité ou de la précarité d’un territoire. Cette recherche aura pour objectif d’établir une approche, à la Réunion, des variations spatiales du développement durable en analysant les relations qu’il existe entre bien-être social, qualité de vie et intégrité écologique.

Mots Clefs : Ile de la Réunion, Développement durable, Indicateurs, Bien-être social, Intégrité écologique, Systèmes d’Informations Géographiques, Territoires.

Cadre de l’étude :

En juin 1992, avec l’Agenda 21 (UN, 1992), le Sommet international de Rio pose des objectifs à atteindre pour un monde durable. La France et l’Europe aménagent largement leurs stratégies en fonction des nouvelles exigences de développement (Convention d’Aarhus (1998), Conseil européen de Göteborg (2001), LOADDT (loi d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire), CNDD (Conseil National du développement durable), CIDD (Comité Interministériel pour le Développement durable), Livre Blanc, etc.). De plus les documents d’urbanisme et de planification (SDRIF, SRADT, PADD, SCOT, PLU, etc.) devraient désormais prendre en compte la conception et la gestion durable des urbanisations et du développement économique et social en général, pour une nouvelle organisation du territoire.

Un volet important de l’Agenda 21 encourage l’élaboration d’indicateurs du développement durable afin de solidifier les bases des prises de décision à toutes les échelles territoriales et pour conduire une autorégulation de la durabilité des écosystèmes et du développement économique et social. Les Nations Unies, en 1996, ont fait des propositions générales d’indicateurs et l’IFEN (Institut Français pour l’Environnement) livre, en 2003, une liste de 45 indicateurs pour décrire le développement durable dans le cadre français (IFEN, 2003). Ces indicateurs situent la France dans le concert mondial et établissent des modules d’observation du DD sur le territoire.

La Réunion institutionnalise également la durabilité au travers d’actions telles que l’Agenda 21 de la Région, le Parc National des Hauts, le Conservatoire Botanique et la Maison des Civilisations. L’île montre un engagement grandissant pour préserver sa culture et son environnement, en assurant son développement économique. Son statut de petit territoire insulaire et volcanique donne par ailleurs une identité particulière à son développement au regard de la sensibilité de son milieu et de son besoin d’échange avec l’extérieur.

De nombreux défis attendent les Réunionnais pour préserver leur environnement (dépolluer les sols, les eaux superficielles et les aquifères, préserver les milieux marins et les récifs coralliens, maintenir la biodiversité et l’équilibre des écosystèmes -en particulier endémique-, freiner l’érosion des sols, préserver les populations des risques naturels). Le bien-être social est également au centre des préoccupations au travers de l’éducation, la culture, la santé, l’emploi, les économies solidaires, le tourisme vert, le recyclage des déchets, l’énergie et les transports alternatifs. L’élaboration d’outils performants d’observation et d’analyse du territoire fait écho à cet accroissement des besoins en informations environnementales, économiques et sociales que connaissent nos sociétés.

Dans cette optique, nous envisagerons le développement durable comme une interaction positive, dans le temps, entre bien-être social et intégrité écologique. L’étude spatiale mettra en valeur, au niveau d’unités écologiques pertinentes, les types de relations qu’entretiennent les hommes avec le territoire (Table 1). Les unités écologiques devraient être retenues parce qu’ultimement le bien-être social relève des ressources naturelles et de la viabilité des écosystèmes.

Bien qu’aucun consensus scientifique n’existe sur la manière de décrire et mesurer le bien-être social et l’intégrité écologique, des outils statistiques partiels pourront être extrait de la littérature, sollicités auprès des organismes de recherche ou des collectivités territoriales. Un Système d’Information Géographique sera créé pour explorer les relations statistiques et spatiales entre les données choisies. Leurs agrégations au sein de la base de données pourront faire l’objet de plusieurs niveaux d’analyses en fonction de l’échelle spatiale ou temporelle choisie. Nous compléterons l’analyse quantitative par une approche qualitative qui intègre les travaux de terrains et les lectures théoriques.

Source: Odum, E. O., 1983. Basic ecology. Saunders, New York.

  • Mutualisme Bénéfice pour les 2 et totale dépendance entre eux
  • Coopératif Bénéfice pour les 2 et indépendance entre eux
  • Commensalisme Bénéfice pour l’un d’eux, l’autre n’est pas affecté (pas pire)
  • Pas d’interaction/Neutre Aucun des deux n’affecte l’autre
  • Amensalisme Un des deux est inhibé par l’autre qui lui n’est pas affecté
  • Prédation/Parasitisme Un des deux bénéficie de l’expansion de l’autre
  • Compétition Les deux s’inhibent l’un l’autre directement on indirectement quand une ressource commune est limité

Table 1 : Exemple d’interactions possibles entre les hommes et les systèmes écologiques.

Méthodologie :

- L’approche épistémologique envisagera la transformation historique des relations entre l’homme et la nature. Cela nous amènera à engager une réflexion éthique sur les notions de développement et de progrès au regard des inégalités entre les territoires. De quelle manière l’île s’inscrit dans la dynamique globale ?

- La définition du développement durable demeure floue : « Un principe économique, un but politique, une pratique sociale et une ligne morale. » (Blowers, 1997, p.846). Nous discuterons des outils statistiques existants pour décrire le développement durable (Indicateurs synthétiques de bien-être, bio-indicateurs par exemple) et les spécificités environnementales, économiques et sociales à retenir dans le cadre réunionnais.

- L’agrégation des données au sein d’un Système d’Information Géographique se fera principalement au niveau des unités écologiques ; bien qu’à d’autres niveaux les résultats puissent s’avérer différents. Nous caractériserons ainsi spatialement la pression positive ou négative que l’homme peut avoir sur le milieu. La distribution spatiale de la durabilité ou de la précarité des territoires fournira les bases d’une première analyse qui devrait nous éclairer sur les relations qu’entretiennent les territoires entres eux.

Bien qu’il existe des obstacles épistémologiques (ou cognitifs) au changement d’échelle, nous intègrerons cette perspective au propos afin de montrer le caractère contextuel du développement durable. L’analyse pourra alors resserrer son champ à des bassins versants en particulier ou des écorégions; focalisant son attention sur des zones urbaines, industrielles ou agricoles et des espaces naturels sensibles.

- Le type de relations entre deux espèces vivantes est caractérisé, dans le champ de l’écologie, par des termes tels que mutualistes ou coopératifs pour décrire des relations positives et amensales ou parasitiques pour exprimer des conditions négatives (Table 1). Troyer suggère en 2002 de caractériser ainsi la durabilité ou la précarité des relations entre les sociétés humaines et les systèmes écologiques.

La méthode fournira des bases conceptuelles à l’étude du DD à la Réunion. Elle possède cependant ses limites en confrontant uniquement l’homme au reste de l’environnement, dans un temps donné.

- L’observation du développement durable intègre également une compréhension plus grande des dynamiques temporelles. Les interactions entre les hommes et l’environnement peuvent changer dans le temps car celles-ci se développent au travers de changements de conditions ou de différentes étapes d’évolutions. Le développement durable à l’échelle d’un bassin versant pourra être constaté lorsque des relations mutualistes, coopératives ou commensales entre bien-être social et intégrité écologique pourront être détectées au cour du temps (Figure 1).

Dans le futur, l’approche chronologique (linéaire) habituelle devra être complétée, indiquent Thériault et Claramunt en 1999, par un paradigme historique capable de reproduire l’ordre des faits, l’imbrication des processus qui les ont engendrés, aussi bien que leurs conséquences, afin de reconstituer les réseaux d’évènements dans la base de données des SIG qui intègreront les dimensions temporelles.

Figure 1 Coopératif, mutualiste ou commensal peuvent être des types de développement durable ou d’interactions positives entre bien-être social et intégrité écologique à un endroit en particulier et au cour du temps (d’après Troyer, 2002).

Perspectives de recherches:

Les nombres de données statistiques et de dimensions prises en comptes par les modèles futurs, limiteront forcément les analyses. Malgré cela, une approche spatiale du développement durable permettrait une réactivité plus importante des politiques territoriales. L’enjeu à terme pour la Réunion sera de mener une recherche multidisciplinaire qui sache s’adapter au contexte de l’île en partageant son expérience dans la zone Océan Indien et avec les autres petits territoires et états insulaires.

L’Agenda 21 suggère, en outre, que « les questions environnementales seront mieux maîtrisées avec la participation de tous les citoyens concernés » (UN, 1992, Principe 10). La diffusion de l’information environnementale en direction de la société civile devrait être ainsi la plus large possible. Haklay indique en 2003 que les modèles scientifiques de développement n’interagissent pas encore avec le public, alors que l’accès moyen à l’information a explosé et que dans l’absolu tout le monde est utilisateur et générateur d’information dans le développement durable. Ceci pose la question aux outils d’accès a la citoyenneté dans nos sociétés

Lauer en 2005 nous rappelle enfin que la seule manière dont la nature nous parlera, c’est lorsque nous reconnaîtrons la valeur inhérente de la terre, lorsque les choses pourront se montrer à nous d’elles-mêmes. Et la seule manière pour que ceci puisse se produire passera peut-être par l’expérience phénoménologique, comme l’expérience esthétique qui se trouve dans les particularités de chaque endroit.

Cette recherche sollicitera activement les laboratoires universitaires et les organismes scientifiques de la Réunion (CREGUR, INSEE, CIRAD, IFREMER) ainsi que les organismes publics (DIREN, DAF, la Région et le Département) et les agents de la société civile (associations, citoyens).

L’étude devrait être mise en réseau avec les organismes de recherches français et européens travaillant autour de ces questions.

Bibliographie :

Blowers, A., (1997). Environmental policy: ecological modernisation or the risk society? Urban Studies, 34(5-6), 845-871.

Haklay, M. A., (2003). Public access to environmental information: past, present and future. Computers, Environment and Urban Systems, 27 (2003) 165-180.

IFEN, (2003). 45 indicateurs du développement durable : une contribution de l’IFEN. Réaliser par Cécile Dormoy.

Lauer, D., (2005). Phenomenology of nature. Conférence : « Nature of Space, Art and Environment ». Université d’Islande, 9 juin.

Thériault, M. et Claramunt C., (1999). La représentation du temps et des processus dans les SIG : une nécessité pour la recherche interdisciplinaire, dans « Représentation de l’espace et du temps dans les SIG ». Numéro spécial de la revue de géomatique. Volume 9, 1,p 67.

Troyer, M. E., (2002). A spatial approach for integrating and analysing indicators of ecological and human condition. Ecological Indicators, 2, 211-220.

UN, (1992). Agenda 21. Rio de Janeiro : Nation Unis.v

Les maîtres de l’eau

Agriculture, Développement Durable, Eau, Environement, Gestion des ressources naturelles, Ressources naturelles, analyse de l'environnement avr 10, 2011 No Comments


Les Maîtres de l’eau Vidéo intégrale du reportage « Les maîtres de l’eau » diffusé sur Arte debut 2002. Certains passages sont remarquables. Les travaux de V. Schauberger, Plocher , Lauterwasser et du Docteur Emoto (entre autres) y sont présentés.

Histoire des sciences géomatiques

Eco-management, Gestion des ressources naturelles, TIC, analyse de l'environnement mar 30, 2011 No Comments

Les géomètres grecs de l’Antiquité ont établi ce qu’on pourrait appeler la géométrie du ciel, c’est-à-dire l’étude du mouvement des astres. La projection du mouvement des astres à la surface de la Terre a permis de mettre en place le système des méridiens et des parallèles. Euclide et Ptolémée ont contribué à fixer le système de coordonnées toujours en usage de nos jours.

A la Renaissance, algèbre et géométrie fusionnent, sous l’impulsion de philosophes comme Oresme et Descartes. L’idée est de remplacer un point par ses coordonnées, un objet par son équation et un raisonnement géométrique par un calcul. La géométrie va alors profiter de toutes les avancées de l’algèbre et donner naissance à la géométrie différentielle, qui permet de prédire la trajectoire d’un astre et plus généralement, de décrire toutes sortes de courbes et de surfaces dans l’espace.

Par la suite, Einstein s’appuiera sur ces fondements théoriques pour lier matière et courbure de l’espace-temps; de même, la géodésie développera des relations entre la surface de la Terre et ses représentations courbes.

L’arrivée de l’informatique marque l’aube de la géomatique.

Le terme géomatique a été proposé à la fin des années 1960 par le scientifique français Bernard Dubuisson, un géomètre et photogrammètre reconnu, afin de refléter ce que devenait la réalité de cette profession à cette époque. C’est cependant au Québec que le mot géomatique a été adopté et a pris toute sa signification au début des années 1980. Le terme géomatique est aujourd’hui utilisé dans le monde entier par des associations scientifiques et professionnelles, par des organismes gouvernementaux, par plusieurs entreprises privées et par d’autres universités.

Géomatique : les usages de la géomatique

Historiquement, les techniques géographiques sont liées aux activités militaires (levés de fortifications …). A l’heure actuelle, la géomatique est utilisée pour de nombreuses applications : le cadastre, la cartographie géologique, l’aide à la navigation, la circulation routière, la cartographie du bruit… La photographie aérienne a beaucoup participé à la multiplication des usages de la géomatique depuis l’agriculture jusqu’à l’urbanisme. Elle a permis d’élaborer de nombreuses bases de données. L’IGN (Institut Géographique National) produit des bases recensant énormément d’informations géographiques. A l’échelle locale, ces bases peuvent concerner le cadastre, l’urbanisme, les réseaux, les espaces verts, les cimetières, le patrimoine …

> Voir la chronologie étendue de l Histoire des sciences géomatiques

Information géographique Innovations et développement : Faut-il ouvrir le coffre fort ?

Eco-management, Etats, Gestion des ressources naturelles, Institution, TIC, analyse de l'environnement mar 22, 2011 No Comments

Direction de la Recherche et de l’Innovation

Innovations et développement du secteur de l’information géographique
Séminaire organisé par le CNIG, l’AFIGÉO et l’ISTED à l’initiative du groupe de travail « Relations internationales » du CNIG Grande Arche de La Défense (Paroi Nord), 5 octobre 2009 Version numérique des Actes disponible sur les sites du CNIG et de l’AFIGéO.

> Voir le site du CNIG

> Voir le site d’AFIGéO

Contexte

Le développement durable donne à l’information géographique une nouvelle utilité et une nouvelle nécessité, selon deux aspects. D’abord, la plupart des questions posées – énergie, aménagement de l’espace, économie des ressources rares, réduction de l’effet de serre – ne progresseront que si les acteurs disposent
d‘outils ayant une pertinence scientifique forte, en termes notamment de mesure, d’évaluation, d’observation ou de prévision. Et derrière ces aspects, le besoin d’informations géographiques est très fort. Ensuite, l’information géographique appelle une nouvelle forme de gouvernance qui n’est plus seulement le fait des spécialistes, mais qui prend en compte les usagers et les associations. En ce sens, la gouvernance de l’information géographique rejoint le troisième pilier du développement durable.

actes du séminaire du 5 octobre 2009

> Voir l’article

> Voir la présentation